Connexion

Vous n’avez pas de compte? Inscrivez-vous dès maintenant

Mot de passe oublié ?

S’inscrire

Le mot de passe sera généré et envoyé à votre adresse électronique.

Le mécanicien, “l’homme de l’ombre” selon la cycliste Audrey Cordon-Ragot

Audrey Cordon Ragot revient sur le rôle déterminant du mécanicien dans le monde du vélo.

Passée dans les rangs du cyclisme féminin international en 2008, Audrey Cordon-Ragot est une cycliste sur piste et sur route, au palmarès impressionnant.
Ces performances sont influencées par un staff technique qui cherche à la pousser vers la meilleure performance sportive.

Pour Audrey, il existe trois grands pôles qui gravitent autour d’elle : “les mécaniciens, les soigneurs physio-ostéo et les directeurs sportifs”.
Lorsqu’on lui pose la question du rôle le plus important à ses yeux, elle répond sans trop d’hésitation le mécanicien :
“Je ne sais pas si je suis très objective, car je suis mariée à mécanicien qui travaille justement dans une équipe donc du coup je suis assez impliquée dans sa vie professionnelle, et je me rends bien compte que les mécanos, aujourd’hui c’est tout de même ceux qui prennent le plus de risque. »

“Ils ont nos vies entre leurs mains”

Le mécanicien, cette personne de l’ombre que l’on ne voit pas dans les reportages sur le cyclisme, est pourtant très important car “s’ils resserrent mal le guidon, on peut tomber, se blesser, enfin cela peut aller très loin”.
“Pour moi, c’est un rôle extrêmement important parce qu’ils prennent énormément de responsabilités. Sans eux on ne ferait pas de vélo puisque c’est un sport mécanique à la base”.
Il est vrai que le mécanicien est soumis à une pression insoupçonnée lors des compétitions. En effet, il doit être très attentif aux besoins des coureurs, mais aussi prendre en compte la météo, le type d’épreuve et les obstacles que peuvent rencontrer les coureurs lors de la course. Autant d’éléments à prendre en compte afin d’ajuster parfaitement le vélo et garantir toutes les chances aux coureurs d’éviter l’accident.

Une relation de confiance entre le coureur et le mécanicien

“J’accorde une grande importance à la confiance et à la relation que j’entretiens avec mon mécanicien et c’est vraiment pour moi important de leur montrer qu’on leur fait confiance et de leur accorder de l’intérêt et de les remercier aussi parce qu’encore une fois sans un bon mécanicien, il n’y a pas de performance”.

Être mécanicien est un travail de longue haleine puisque celui-ci intervient tout au long de la journée de compétition. Son rôle commence dès le matin avec la préparation des vélos, il doit notamment s’assurer que le numéro de dossard correspond bien au vélo. Puis pendant la course, il va suivre son athlète au plus près afin d’être le plus rapide possible s’il y a un souci mécanique durant la course. “C’est lui qui va intervenir le plus rapidement possible donc il y a aussi une sorte de pression pour lui, car il doit intervenir très très rapidement donc c’est vraiment son rôle avant, pendant la course et après la course, que ce soit une course de 1 jour ou une course à étape”.
Audrey insiste beaucoup sur le fait que “ce n’est pas forcément un rôle qui est très mis en avant alors que c’est l’un des rôles les plus importants dans nos vies de coureurs”.

Qu’est-ce qu’un bon mécanicien ?

Pour Audrey Cordon-Ragot, la réponse est simple : “un bon mécanicien, c’est déjà un mécanicien qui est à l’écoute du coureur, qui n’est pas borné sur ces idées, mais qui va écouter le coureur, écouter l’athlète, essayer de le comprendre et de résoudre le problème en expliquant le mieux possible ce qu’il y a à faire et ainsi mettre en confiance l’athlète.
C’est une relation mécano/athlète qui est une relation de confiance parce qu’on part avec notre vélo et on sait que tout est au point et que tout est réglé. Il faut donc que ce soit quelqu’un en qui je peux avoir confiance et qui est dans la communication ».

Si vous cherchez à travailler comme mécanicien et que vous avez les qualités requises, vous pouvez déposer votre CV ou postuler à une offre sur notre site !

LinkedSport remercie Audrey Cordon-Ragot de sa disponibilité pour l’interview, vous pouvez la suivre sur ses réseaux sociaux en cliquant ci-dessous :

Interview, article et vidéo réalisés par Lisa Andreazzoli.

Crédits photos :
« 20110429-IMG_0673 »par petermcottle est sous licence CC BY 2.0 et Audrey Cordon-Ragot